Provence Alpes Côte d'Azur

ELEVAGE

Menace sur les abattoirs de volaille à la ferme

04.06.2018 La Commission européenne et le Ministère de l'Agriculture préparent deux nouvelles dispositions, qui pourraient lourdement contraindre les abattoirs fermiers de volailles, et donc menacer l'ensemble des élevages de volailles fermières déjà mis à mal par les décisions prises pendant la crise de la grippe aviaire.

A l'heure actuelle, les abattoirs de volailles et outils attenants (ateliers de découpe et de transformation) bénéficient de mesures réglementaires adaptées, qui ont été nécessaires au développement de ce secteur. La remise en question de ces pratiques, à travers le règlement européeen 625/2017, constitue une menace sérieuse pour les outils d'abattage fermiers.

Une première disposition introduit des obligations relatives à l'inspection des animaux et des carcasses en abattoir agréé, qui pourraient se matérialiser par :

  • l'obligation de faire venir tous les jours un vétérinaire officiel agréé par les services sanitaires, ce qui n'est pas réalisable;

  • ou bien par une présence seulement "régulière" de ce vétérinaire agréé, à condition que les paysans-abatteurs aient suivi auparavant une formation d'une durée de 500 heures (soit 3,5 mois de formation à temps plein).

Une seconde disposition prévoit le passage obligatoire en agrément CE de tous les abattoirs valorisant leurs produits par la transformation, ce qui les soumettrait aux exigences totalement inadaptées du règlement européen.

Ces obligations irréalistes ne pourront pas être mises en application et menacent donc directement la prérennité des tueries de volailles à la ferme. Elles sont d'autant plus incompréhensibles qu'il n'existe pas de problème avec les garanties apportées par les abattoirs fermiers, aujourd'hui, qu'ils soient agréés CE ou non.

Le nouveau règlement sur les inspections doit être finalisé ce jour même, le 4 juin, par les États membres et la Commission européenne.

Nous devons tout mettre en œuvre pour éviter une situation similaire à celle des ruminants et des porcs, avec la disparition progressive des abattoirs locaux du fait des exigences normatives inadaptées aux petits outils.

La Confédération paysanne s'est mobilisée auprès des services sanitaires, à tous les échelons, pour les engager à défendre avec fermeté la prérennité des élevages de volailles fermières. 

LE SYNDICAT PRÈS DE CHEZ VOUS
Pour connaître les autres délégations locales
Copyright 2014 - Tous droits réservés - Confédération paysanne