Provence Alpes Côte d'Azur

ELEVAGE

Ferme-usine des 1000 Vaches : dénonçons la répression syndicale et défendons l'avenir des paysans !

30.05.2014 Il y a 2 jours, à la suite d'une manifestation de la confédération paysanne contre la poursuite du chantier de la ferme-usine des Mille Vaches dans la Somme, 5 paysans étaient placés en garde à vue pour 48h, dont Laurent Pinatel, le porte-parole national du syndicat ainsi qu' un jeune paysan des Alpes maritimes. Les militants devraient être libérés en début d'après midi et placés sous contrôle judiciaire en attendant une audience en juillet. La Confédération paysanne Provence-Alpes-Côte d'Azur s'indigne de voir ses paysans menottés, traités comme des délinquants. La répression de l’action syndicale ne peut être la réponse des pouvoirs publics face à la légitime indignation des paysans.  

La Confédération paysanne Provence-Alpes-Côte d'Azur s'indigne de voir ses paysans menottés, traités comme des délinquants. La répression de l'action syndicale ne peut être la réponse des pouvoirs publics face à la légitime indignation des paysans.  

Mercredi matin une cinquantaine de militants de la Confédération Paysanne, dont plusieurs venus de la région PACA, ont une nouvelle fois investi le chantier de la ferme-usine des 1000 vaches pour démonter la salle de traite destinée à traire trois fois par jours les 1000 vaches que cette usine doit accueillir dès le mois de juillet. Les pièces démontées ont été rapportées au Ministre de l'Agriculture par le porte-parole du syndicat, avant que celui-ci ne soit violemment appréhendé et placé en garde à vue au côté des 4 autres militants arrêtés dans la Somme.

C'est la troisième fois que des paysans de la Confédération paysanne manifestent pour stopper ce projet concentrationnaire d'un industriel du BTP dont l'objectif n'est pas de produire du lait mais d'alimenter un méthaniseur géant avec les déjections de vache, pour ensuite écouler le lait à prix cassés. Ce sont 20 fermes de 50 vaches et leur 42 paysans qui sont amenés à disparaître au profit de ce hangar grand comme 2 terrains de football où seront employés 18 ouvriers au salaire minimum.

La poursuite de ce chantier en dépit de l'illégalité du permis et la répression syndicale dont nous sommes victimes, avec la complicité du gouvernement, ne laissent plus place au doute. Nous savons désormais qu'il n'y a pas de volonté politique d'empêcher l'aboutissement de ce projet emblématique d'une agriculture industrielle qui vise à nous faire disparaître, nous paysans.

Mais la volonté des paysans de la Confédération paysanne, soutenus par les citoyens est, elle, très forte partout en France pour défendre une agriculture à taille humaine, l'emploi paysan et le respect des animaux d'élevage.

Dans la région, des manifestations spontanées de soutien ont eu lieu hier et aujourd'hui à Nice et à Forcalquier. D'ici le mois de juillet, nous appelons tous les défenseurs des libertés syndicales à manifester publiquement leur soutien aux syndicalistes paysans poursuivis, nous appelons les citoyens, les élus à dire leur refus de cette agriculture industrielle qui élimine les fermes au profit des usines.

 


En téléchargement :

    Lettre ouverte à François Hollande
LE SYNDICAT PRÈS DE CHEZ VOUS
Pour connaître les autres délégations locales
Copyright 2014 - Tous droits réservés - Confédération paysanne