Home > Actualités > FEADER 2023-2027 : des priorités taillées pour une minorité
Partager sur :
PAC
15.10.2021

FEADER 2023-2027 : des priorités taillées pour une minorité

05.11.2021 -
La Région a rendu ses premiers arbitrages financiers pour la prochaine programmation FEADER. Si de nombreuses mesures voient leur budget revalorisé, les enveloppes restent anecdotiques face aux bénéficiaires les mieux dotés : la DJA*, l’hydraulique agricole, les industries agro-alimentaires et les investissements.

Plus 5 millions d'euros pour la DJA*.

Cette aide, désormais sous la responsabilité des régions, n'a bénéficié qu'à 22 % des nouveaux installés depuis 2014, du fait de critères restrictifs qui ne correspondent plus aux profils des installations actuelles. Alors que la Région y était disposée, les Chambres d'agriculture et le syndicat JA* refusent d'assouplir les critères pour que cette dotation puisse être accessible à un plus grand nombre de porteurs de projet. Par contre, ils souhaitent mobiliser plus de fonds encore, afin d'augmenter le montant moyen de la dotation, en plaine particulièrement. Alors quelle aide pour les installations sans DJA*, soit 78 % des installations en région ? « Les prêts d'honneur, qui fonctionnent très bien » assure l'élue régionale.

A noter que l'appui à la transmission ne figure pas dans cette mesure fortement dotée, mais sera intégrée dans les projets de coopération impliquant foncier installation et transmission.

Plus 3 millions d'euros pour l'hydraulique agricole considéré comme l'alpha et l'omega de la lutte contre le changement climatique. Hélas, « n ous sommes bien en deçà des ambitions » déplorent la Chambre et l'Agence de l'Eau, lesquels besoins se chiffrent à « 60 millions d'euros par an ». Des prêts pour compléter ? Mieux, «  il y aura des compléments sur fonds propres, à hauteur de 8 millions d'euros » promet la Région.

Moins 1 million d'euros sur le LEADER Une baisse notable « qui ne pénalisera pas les acteurs agricoles » mais qui nous paraît dommageable pour les projets non agricoles qui contribuent à la vie sociale, culturelle, économique des territoires ruraux.

10 millions d'euros pour la transition Ce budget « sanctuarisé » pour la transition environnementale pourrait comprendre une MAE* transition et le financement des contrats de transition ou diagnostics d'exploitations préalables aux investissements. Nous ne pouvons qu'approuver l'allocation de fonds sur la transition, toutefois, la transition nous semble être un objectif à fixer pour toutes les mesures FEADER. On ne peut pas dédier 10 millions à la transition sans accompagner, par une Dotation Globale à l'Installation, la transition vers des installations soutenables et diversifiées. Dédier 10 millions à la transition, tout en finançant les extensions de réseaux du Canal de Provence pour arroser la vigne...

Bref, cette maquette financière s'inscrit dans la continuité de la stratégie agricole régionale : toujours plus d'argent pour toujours moins de bénéficiaires et des actions concentrées sur des territoires et des productions très ciblées. Pour mémoire, les terres irriguées ne représentent que 17% de la SAU* régionale1

De notre point de vue, les politiques publique se doivent d'accompagner l'ensemble des installations, des territoires et des filières. L'enjeu de la transition écologique et de l'autonomie alimentaire nécessite une vue d'ensemble et un regard croisé des partenaires plutôt qu'une vue partielle voire partiale de ce qu'est l'agriculture régionale, dans l'entre-soi d'un cercle fermé.
La Conf' qui n'a pu participer à aucun des groupes de travail techniques, devra être associée à la rédaction des appels à projets de chaque mesure, en 2022, afin d'avoir son mot à dire sur le contenu.

 

1Source : Chiffre 2010, issu de la présentation CESER du 24 janvier 2019

TROUVEZ UNE CONF'
NOUS CONTACTER Confédération Paysanne de Provence Alpes Côte d'Azur
Copyright 2014 - Tous droits réservés - Confédération paysanne
Maison du Paysan -ZAC de la Gueiranne- 83340 Le Cannet des Maures