Home > Actualités > Menaces sur la brigade Loup
Partager sur :
LOUPS
24.01.2020

Menaces sur la brigade Loup

24.01.2020 -
La Confédération paysanne interpelle Madame Eliane Barreille pour appuyer le maintien des agents des brigades Loup dont les postes sont menacés.

Le 14 janvier 2020, par une lettre adressée aux éleveurs, les membres de la brigade Loup ont fait part des menaces qui pèsent sur dix postes dont les contrats arrivent à échéance en août 2020. En effet, après plusieurs emplois en CDD, le recrutement en CDI se heurte aux règles d'embauche de la fonction publique (concours, titularisation etc).

Alors que les attaques et les victimes n'ont cessé d'augmenter ;
alors que les professionnels demandent depuis plusieurs années la création d'une brigade par massif ;
alors qu'ils ont acquis un savoir faire et une efficacité reconnus ;

l'Etat, à travers l'Office Français de la Biodiversité, met en danger la pérennité de dix postes de brigadiers expérimentés, à cause d'un fonctionnement administratif rigide.

Après le déclassement des communes en cercle 1, la disparité de traitement entre les zones de prédation, les retards de paiement pour les aides bergers, la conditionnalité pour les mesures de protection, l'État continue d'afficher sa méconnaissance de l'élevage pastoral. 
Les loups coûtent cher, la présence des loups détruit l'économie pastorale et désertifie les campagnes, pousse les éleveurs à abandonner les zones pastorales et à enfermer leurs bêtes.

La Confédération paysanne soutient sans réserve les membres de la brigade Loup et plaide pour leur maintien et leur titularisation en reconnaissance de leur experience.

Nous interpellons Madame Eliane Barreille, en qualité de vice-présidente du Conseil régional en charge de la ruralité et du pastoralisme, et lui demandons d'appuyer cette requête auprès des Ministères de l'Agriculture et de la Transition Écologique.

En outre, face à l'extension des aires de prédation et au nouveau front ouvert dans les Pyrénées avec l'ours, nous demandons la création d'autant de brigades que nécessaire.

Le travail de régulation de la prédation commence à peine, son abandon n'est pas envisageable, encore moins dans un contexte où l'incertitude grandit face au maintien de l'éligibilité des surfaces pastorales aux aides PAC*.

TROUVEZ UNE CONF'
NOUS CONTACTER Confédération Paysanne de Provence Alpes Côte d'Azur
Copyright 2014 - Tous droits réservés - Confédération paysanne
Maison du Paysan -ZAC de la Gueiranne- 83340 Le Cannet des Maures