Home > Actualités > Flavescence dorée : vers une prospection exhaustive du vignoble
Partager sur :
VITICULTURE
04.05.2016

Flavescence dorée : vers une prospection exhaustive du vignoble

La consultation publique sur l'arrêté préfectoral de lutte contre la flavescence dorée de la vigne en Provence-Alpes-Côte-d'Azur se termine le 4 mai. Si la surveillance du vignoble est étendue à l'ensemble des communes touchées, l'administration continue à privilégier la lutte insecticide systématique aux mesures préventives.

Depuis plusieurs années la Confédération paysanne rappelle que l'éradication de la flavescence dorée passe d'abord par la prospection préventive du vignoble pour repérer et arracher les ceps atteints afin d'éviter l'apparition de nouveaux foyers et par le traitement à l'eau chaude des plants pour faire barrage à l'entrée de la maladie.

Dans le projet d'arrêtée 2016, nous constatons avec satisfaction que la surveillance du vignoble n'est plus limitée à 500 mètres autour des parcelles contaminées ni 25% du vignoble de chaque commune mais concerne plus largement la quasi totalité du vignoble en zone de lutte obligatoire. Nous déplorons que cette prospection ne soit pas exhaustive, excluant les plantiers et cépages syrah. Et il faut aller plus loin : il est possible que des zones soient d'ores et déjà infectées, nous devons, par mesure de précaution, généraliser la surveillance à l'ensemble du territoire des trois départements touchés, voire l'étendre jusqu'aux Alpes maritimes et Alpes de Haute Provence.

Concernant les moyens de lutte, l'administration ne respecte pas les engagements pris lors de précédentes rencontres : limitation du périmètre de traitement à 500 mètres autour des cas avérés, interdiction de traiter à moins de 50 mètres d'un cours d'eau, progressivité des traitements insecticides, et continue à privilégier la lutte chimique aux mesures de prévention. À quoi bon porter uniquement attention sur les zones contaminées constatées les années précédentes, alors que l'on sait que les nouvelles plantations représentent la principale porte d'entrée pour la maladie ? Ainsi dans le Val de Loire, en 2015, un cas a été détecté sur un plantier de 1 an. Le traitement à l'eau chaude des nouveaux plants doit être rendu obligatoire dans les plus brefs délais, comme cela se fait déjà depuis 2 ans en Bourgogne.

L'administration déplore le manque d'implication de la profession mais nombreux sont les viticulteurs encore trop peu informés des risques encourus et des mesures prophylactiques préventives. Dans l'intérêt d'une prise de conscience de la profession, nous demandons une campagne massive d'information de la part de l'administration, des chambres d'agriculture et des coopératives pour inciter les viticulteurs à généraliser la prospection à l'aoûtement. L'objectif, à terme, doit viser la formation de tous les viticulteurs des départements concernés, y compris dans les territoires hors zone de lutte obligatoire.


En téléchargement :

    Observations sur le projet d'arrêté 2016
TROUVEZ UNE CONF'
NOUS CONTACTER Confédération Paysanne de Provence Alpes Côte d'Azur
Copyright 2014 - Tous droits réservés - Confédération paysanne
Maison du Paysan -ZAC de la Gueiranne- 83340 Le Cannet des Maures