Provence Alpes Côte d'Azur

FONCIER

De Notre-Dame-des-Landes à la région PACA: défendre l'agriculture contre les grands projets inutiles

15.01.2016 .


13.01.2016 L'actualité remet le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes sur le devant de la scène, avec le procès des quatre paysans historiques le 13 janvier à Nantes. La Confédération paysanne est mobilisée aux côtés des paysans pour la sauvegarde des terres agricoles, à Notre-Dame-des-Landes comme partout ailleurs où elles sont menacées de disparition au profit de grands projets inutiles et imposés.
En Provence-Alpes-Côte-d'Azur, cela fait plus de 10 ans que la Confédération paysanne se mobilise contre le projet de « Ligne à Grande Vitesse », récemment rebaptisée « Ligne Nouvelle Provence Côte d'Azur».
De la même façon, la Confédération Paysanne dénonce les travaux d'implantation de deux lignes Très Haute Tension (THT) dans la vallée de la Haute-Durance.


En Provence-Alpes-Côte-d'Azur, cela fait plus de 10 ans que la Confédération paysanne se mobilise contre le projet de « Ligne à Grande Vitesse », récemment rebaptisée « Ligne Nouvelle Provence Côte d'Azur». Avec un coût exorbitant dépassant les 20 milliards d'euros, le tracé de cette ligne ferroviaire entraînerait la disparition de 2000 ha de terres agricoles, dans un contexte régional déjà tendu de spéculation foncière et de disparition du foncier agricole. Pourquoi mener un tel projet alors que les attentes des habitant-e-s de la région se tournent clairement vers l'amélioration des transports du quotidien (TER) plutôt que vers des lignes à grande vitesse au bénéfice des grands voyageurs ? 20 milliards et 2000 ha de terres agricoles en moins, pour gagner quelques minutes entre Marseille et Nice, le jeu en vaut-il la chandelle ?

De la même façon, la Confédération Paysanne dénonce les travaux d'implantation de deux lignes Très Haute Tension (THT) dans la vallée de la Haute-Durance. On connaît les dégâts occasionnés par ces lignes THT de nombreuses fois dénoncées : impacts sur la forêt et les paysages avec l' implantation de pylônes, conséquences sur les nappes phréatiques, la santé humaine et animale. Nous savons produire localement ( solaire, éolien, hydraulique ) avec de petites, mais nombreuses et diverses, unités de production pour consommer localement. Nous croyons que la relocalisation et la diversification des sources d'énergie sont pourvoyeuses d'activité, de vitalité des territoires en assurant meilleure répartition des bénéfices économiques, écologiques et sociaux.

Ces grands projets d'un autre âge sont obsolètes au regard des enjeux du 21ème siècle que sont la relocalisation de la production et de la consommation, la sobriété énergétique, la préservation des ressources naturelles. Signe qu'ils ne vont pas de soi, leurs promoteurs court-circuitent tout débat public, imposant la THT par « décrets d'utilité publique » ou refusant l'ouverture d'une nouvelle enquête sur le projet de Ligne nouvelle1.

La Confédération paysanne est mobilisée aux côtés des citoyens et associations, aux côtés des paysans anciens et nouveaux qui utilisent la terre et les ressources pour créer, expérimenter, développer des projets qui ouvrent le champ des possibles pour l' agriculture et le milieu rural, comme cela se pratique déjà dans la ZAD de Notre Dame des Landes.

 

1La Confédération paysanne du Var participe à l'action en justice – au côté de la commune d'Evenos, de plusieurs associations et collectifs opposés au projet de LGV / Ligne Nouvelle Provence Côte d'Azur – pour dénoncer la décision de la Commission Nationale du Débat Public de ne pas organiser de nouvelle enquête publique concernant le projet LN PCA. 

LE SYNDICAT PRÈS DE CHEZ VOUS
Pour connaître les autres délégations locales
Copyright 2014 - Tous droits réservés - Confédération paysanne