Provence Alpes Côte d'Azur

FONCIER

La Confédération paysanne appuie une procédure « terres incultes » dans le Vaucluse

Lauris . 17.10.2014 .


17.10.2014 En ce 17 octobre 2014, six mois après avoir labouré et semé 2 hectares de friches agricoles, à Lauris, la Confédération paysanne appuie l'ouverture d'une procédure juridique pour demander au préfet la remise en culture de terres incultes sur la commune.


Il y a six mois, le 17 avril 2014, une centaine de militants labouraient et remettaient en culture 2 hectares de terres agricoles sur la commune pour dénoncer la rétention de terres agricoles à des fins de spéculation. Depuis les friches sont redevenues fertiles, avec 10 tonnes de sorgho prêtes pour la récolte permettant, par exemple, de nourrir 10 chèvres ou brebis pendant un an. Mais les terres n'ont toujours pas été mises à disposition d'un agriculteur.

Pourtant, deux hectares de terres agricoles à cultiver offrent la possibilité de conforter une exploitation ou de favoriser une installation en maraîchage dans un contexte de foncier agricole qui se raréfie et se renchérit. Le Lubéron a vu sa surface agricole reculer de 17% en 10 ans1 alors que les friches agricoles représentent l'équivalent du tiers de la surface agricole du département. Sur la même période, le Vaucluse a perdu 1/4 de ses agriculteurs. Certaines communes n'auront bientôt plus de paysans, alors que l'agriculture reste le premier pourvoyeur d'emplois dans le département.

En Provence-Alpes-Côte d'Azur, les friches agricoles amputent la surface agricole régionale d'un tiers de terres potentiellement cultivables alors que la région perd 3000ha de terres agricoles par an au profit de l'urbanisation.

 

L'article L125-1 du code rural prévoit que toute terre en friche, n'étant manifestement pas exploitée par son propriétaire, peut être réquisitionnée afin d'être exploitée par un agriculteur.

Par cette procédure nous ne remettons pas en cause le droit de propriété, mais le droit d'usage de ces terres qui pourraient faire l'objet d'un bail au bénéfice d'un paysan, dans le respect des droits du propriétaire, comme c'est le cas pour 62% la surface agricole régionale.

 

La terre est notre outil de travail. Nous exigeons la juste répartition des terres agricoles et la libération de toutes les terres en friches au bénéfice de l'agriculture.

1Les chiffres présentés dans ce communiqué sont des données Agreste.


Crédits photos : Confédération paysanne
LE SYNDICAT PRÈS DE CHEZ VOUS
Pour connaître les autres délégations locales
Copyright 2014 - Tous droits réservés - Confédération paysanne